Les Kabila: de père en fils et de fils en frères?

Un Kabila peut-il en cacher deux autres?

Aux deux extrêmes Jaynet (gauche) et Zoé (droite) Kabila

Jaynet Kabila, la sœur jumelle du président Joseph Kabila est candidate à la députation à Kalemie, dans le Katanga. Zoé Kabila, l’autre frère du président sortant, s’est marié et serait prêt à endosser la tunique d’ « homme d’Etat ». Si Joseph Kabila est arrivé à la tête de RDC grâce à une succession quasi-héritière, il aura toutes les difficultés du monde à faire de même en 2016. Ses deux enfants auront 8 et 17ans, le Raïs doit donc se rabattre sur ses deux frères. Allons-nous assister à une « percée » des Kabila dans la scène politique congolaise?

Jaynet « La discrète »

Kalemie au bord du Lac Tanganyika, territoire du même nom dans la province du Katanga a vu Jaynet Kabila Kyungu entamer le 12 novembre dernier sa campagne électorale où elle brigue l’un des quatre sièges convoités par un peloton de 116 concurrents locaux. En présence de son frère jumeau, faut-il le rappeler, la présidente de la Fondation M’Zee Laurent-Désiré Kabila a donc lancé sa campagne électorale sous le n° d’ordre 30 dans la circonscription de cette ville; Joseph Kabila y était également en campagne pour un deuxième et dernier mandat (en principe) à la tête de la République Démocratique du Congo.

Mme Jaynet Kabila (on ignore si elle est mariée) qui est née le 04 juin 1971 à Hewa Bora dans la région du Fizi (Sud-Kivu), est co-propriétaire du groupe de presse Multi Media Congo (MMC), qui possède notamment la chaîne Digital Congo TV et le site internet d’information digitalcongo.net, aurait récemment terminé des études de Droit aux Etats Unis d’Amérique et semble donc la plus lotie chez les Kabila.  En dirigeant la Fondation de son feu père depuis sa création, « Dada » – grande sœur en Swahili, la langue officielle de la cour des Kabila – a su s’attirer de la sympathie tant Katangaise que celle d’une partie du clan présidentiel. N’a-t-elle pas eu assez de temps pour se préparer?

Lorsqu’en mai dernier le FDLR attaquent le convoi du Ministre de l’Enseignement Supérieur, Dr. Mashako Mamba, la sœur jumelle du Président de la République, entrepris un périple en voiture sur la même route. Mme Jaynet Kabila parcouru la route Goma-Bunia en passant Rutshuru, Kiwanja, Kanyabayonga, Luofu, Kaina, Kirumba, Lubero, Butembo, Beni, Mutwanga, Eringeti, Bunia… en parade, en distribuant des kits d’insertion pour les déplacés. Des houes, des machettes, des casseroles, des cuvettes, des assiettes, des Habit… comme don de la Fondation Mzee LDK dont elle est l’omniprésente Présidente. Sacrée Jaynet !

Que dire de Zoé?

Inconnu de la population, Zoé Kabila est apparu sur la scène publique congolaise au début de l’année 2006 soit cinq années après l’accession de son frère à la magistrature suprême.

Si les Kinois ont encore en mémoire les incidents de Socimat impliquant les éléments de sa garde aux policiers routiers, Zoé Kabila est sans doute le moins discret des Kabila, une planète, rappelons-le, où discrétion rime avec mode de vie.

En octobre 2010, un agent de la police de roulage a été battu par des éléments présentés, par des témoins, comme étant de la garde de Zoé Kabila à Kinshasa. Les gardes du corps du frère du Président n’auraient pas apprécié le fait que l’agent de roulage ait changé la direction de priorité au même moment où leur cortège amorçait le passage, indiquent ces témoins. Rien que ça.

« Les éléments commis à la garde de Zoé Kabila, auteurs des incidents survenus mardi 19 octobre sur le Boulevard du 30 juin au niveau du rond-point Socimat ont été arrêtés et déférés devant les juridictions compétentes »

annonçait l’Inspecteur général intérimaire de la police nationale, le général Charles Bisengimana à Radio Okapi, seulement trois jours après l’incident. Sans doute pour calmer la tempête.

Un peu plutôt, en mai 2010, il se faisait remarqué dans une affaire de spoliation, et non la moindre. L’ancien ministre de l’Information du temps de Mobutu, et celui de Mzée Laurent Désiré Kabila, celui qui a annoncé la mort de Mzée au monde entier, lui attribuant même un testament, Dominique Sakombi Inongo s’est retrouvé mis à la porte de sa villa dont il est propriétaire depuis une trentaine d’années. Le nouvel acquéreur ne serait autre que le jeune frère du «raïs». 6 mois après, Direct.cd diffusera un communiqué affirmant la mort naturelle de M. Sakombi.

Zoé a changé…

Mais Zoé Kabila n’est pas qu’habitué aux frasques. N’ayant aucune occupation officielle, le «jeune homme» passe pour un homme d’affaires prospère. Il serait à la tête de la société «Aesis» spécialisée dans la fabrication des «imprimés de valeur» destinés aux Régies financières du pays. Il est également propriétaire d’un complexe sportif «Le Shark Club XI», d’une équipe de football (Shark Club FC) et de plusieurs autres activités non déclarées.

Un positionnement qui lui aurait permis de se rapprocher, à sa manière, des sillages de l’Etat, le plaçant ainsi au cœur de la haute politique Congolaise.

Et lorsqu’en septembre dernier, le gouverneur de la riche province minière du Katanga, Moise Katumbi Chapwe, annonce son retrait de la vie politique, beaucoup soupçonne alors au Président de la République de vouloir placer son « petit » frère au gouvernorat Katangais.

Car entretemps, Zoé change. Il endosse d’abord une tunique d’ « homme d’Etat », se marie non sans intérêt à une ressortissante de la province de l’Equateur, la même province qu’un certain… Jean-Pierre Bemba. Le voilà désormais devant un boulevard vers la tête de « son » Katanga natal.

En n’hésitant pas à écarter un aussi gros poisson comme le gouverneur Moïse Katumbi, non sans risque, Joseph Kabila semble approuver donc cette stratégie consistant à attribuer à ses frères plus de pouvoir. Le président sortant sachant sans doute qu’il lui est difficile, voir impossible de briguer un troisième mandat à la tête du pays, se serait donc résolu de passer le flambeau en famille. Des questions nous restent sur les lèvres : « Qui de Zoé ou de Jaynet héritera ce privilège ? », ou mieux « Qui de deux est plus apte ? ». Et l’entourage dans tout ça ? Y aura-t-elle une lutte ?

Si le pari semble compliqué et risqué, Joseph Kabila a quant à lui pris rendez-vous avec l’histoire. 2016 pourra donc être une année où l’ancien plus jeune président Africain pourra afin prouver à la face du monde son attachement à la démocratie. S’en suivra sans doute un « Poutine – Medveldev » ou mieux une saga Kaczyński en RDC. Ou au pire, tout ceci ne serait qu’un beau rêve.

Source : Direct.cd http://direct.cd/

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s