La diaspora, cette « 12ième province » qui ne vote pas.

Marche des Congolais de Bruxelles le 30 juin 2009

Là-bas… Ils sont étudiants, ouvriers, infirmiers, médecins, ingénieurs, comptables, informaticiens, musiciens, aventuriers ou chômeurs répartis sur quasi toute la planète à la recherche d’un bien-être jugé introuvable au pays. On les retrouve à Paris, Londres, Bruxelles, Ottawa, Washington, Québec, Johannesbourg, Brazzaville, Dakar,Lusaka… Eux ce sont tous ces Congolais qui ont décidé bon gré mal gré de vivre loin de leur terre natale, et le premier d’entre eux est probablement sorti du pays au courant des années 50. Si quelque uns ont fait l’objet de « bêtes de cirque » pour assoiffer la curiosité occidentale, les premiers voyages plus ou moins volontaires le seront pour des raisons d’études et principalement chez l’ancien colon belge. A cette époque, on ne va pas en Europe pour s’y installer mais pour acquérir les notions indispensables à la gestion d’un pays à peine sorti du berceau. Depuis les choses ont bien changées…

Fuyant le régime dictatorial du maréchal Mobutu pour certains et la crise économique pour d’autres, un flux migratoire constant voit le jour au milieu des années 70 et depuis il ne s’est jamais interrompu. Pendant longtemps la première destination a été la Belgique, mais aujourd’hui les Congolais se retrouvent partout et même là ou on ne le pensait pas comme en Chine, en Australie ou encore en Amérique latine. Avec l’avènement du processus démocratique, la question de la participation ou non au vote s’est évidemment invitée au débat.

Entre droits et devoirs

Vote symbolique des Congolais de Bruxelles le 28.11.2011

Tout comme en 2006, lors des premières élections dites démocratiques, la diaspora a de nouveau été exclue du scrutin pour des raisons légales mais aussi logistiques. Si l’article 4 de la loi électorale stipule que le vote est un droit civique et que tout Congolais est invité à y prendre part, le troisième point de l’article 5 précise que l’électeur doit se trouver sur le territoire national le jour du vote. Partant du principe que les ambassades sont des territoires nationaux, on pourrait se demander pourquoi est-ce qu’elles n’organisent pas de scrutin au sein de leurs bâtiments. Trois raisons peuvent justifier ce manquement.

  1. Logistique. A part les ambassades se trouvant dans les pays « clés » au point de vue diplomatique(Belgique, USA, France, UK), les autres missions se caractérisent par une misère innommable. Locaux dont les loyers ne sont souvent plus payés depuis des mois, pas de matériel bureautique viable, téléphone coupé et un personnel obligé de tirer le diable par la queue pour nourrir leur famille. Pas simple d’enrôler des citoyens ou d’organiser des élections dans ces conditions surtout quand on sait que les frais de fonctionnement envoyés par Kinshasa ne dépassent pas…4000 dollars US!
  2. Administrative. Partis en majorité pour des raisons politiques, très peu de Congolais sont connus des ambassades souvent considérées comme des officines des services de renseignement du pouvoir de Kinshasa. Ceci entretient une méfiance tenace entre les deux parties. Demander aux Congolais d’aller s’y enregistrer équivaudrait pour beaucoup à se jeter dans la gueule du loup. Et puis, d’autres attendent encore d’être « régularisés » par le pays hôte et n’aimerait sûrement pas voir le personnel diplomatique fouiner dans des dossiers personnels. A cela il faut ajouter la question de la double nationalité tant beaucoup de nos compatriotes ont été naturalisés dans ces pays d’accueils.
  3. Politique. Au vu des récentes manifestations dans les différentes capitales au lendemain de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle, il ne faut pas être devin pour comprendre que la diaspora est en grande majorité proche de l’opposition. De là à soupçonner Kinshasa d’empêcher l’organisation d’un tel vote des étrangers, il n’y a qu’un pas. C’est en tous cas la raison la plus fréquente que ressort la diaspora pour expliquer le fait qu’elle ne vote pas. Il n’y a pas de chiffres précis des ressortissants congolais vivant à l’étranger mais sans exagérer, on peut l’estimer au bas mot à plus d’un million de personnes. Dans une élection présidentielle comme du 28 novembre dernier, ces voix auraient sans aucun doute constituer une manne importante et décisive dans la désignation du vainqueur.

Colère et frustration

Cette problématique récurrente que dénonce régulièrement les Congolais de l’étranger a fini par mettre en colère la diaspora à double titre. D’abord, elle estime qu’on lui prive de son droit fondamental à s’exprimer au travers des élections mais ensuite elle déplore le fait que les députés et le gouvernement chargés de régler cet épineux problème font exprès  de ne pas légiférer sur la question. Quand on sait avec quel engouement la diaspora s’est mobilisée depuis le début du processus électoral, on comprend aisément sa frustration compte tenu de l’issue désastreuse(irrégularités, fraudes,..) des scrutins présidentiels et législatifs du mois passé.

Il appartient maintenant à cette même diaspora de mettre en place un groupe de pression efficace afin de pousser le futur parlement, qui pour la première fois comprendra en son sein des membres certainement plus favorables au vote des étrangers que ne l’était les députés de l’assemblée sortante, à prendre en compte le droit des Congolais vivant à l’étranger à participer au premier acte démocratique de tout citoyen. Un défi de taille mais réalisable tant la « douzième » province se sent rejetée depuis 2006. Plusieurs pays africains(Mali, Rwanda, Cameroun, Senegal, Côte d’Ivoire…) et pas des plus riches,  le font déjà, alors pourquoi pas nous?

Mwana Yakala

Publicités
Cet article, publié dans Politique, Société, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s