Dr Mukwege (Hôpital Panzi): L’espoir au bout de la vie

Dr Mukwege à l’hôpital Panzi de Bukavu

Depuis l’agression subie dans la soirée du 25 octobre 2012 à son domicile de Bukavu, le docteur Mukwege qui dirige l’hôpital Panzi réputé pour les soins qu’il apporte aux femmes violées de l’Est du Congo se trouve avec sa famille en Europe sous la protection du Ministère belge des Affaires Etrangères.

Invité à Stockholm par le PMU(Pingstmissionens U-landshjälp: Mission Pentecôtiste suédoise pour le Développement), le docteur Mukwege a tenu une conférence de presse ce jeudi 1er novembre durant laquelle il a expliqué brièvement la situation d’insécurité qui sévit dans l’Est du Congo et ses conséquences dramatiques sur la population.

16 ans que les femmes des régions de l’Est sont constamment victimes  de viols et d’atrocités infligés autant par les nombreux groupes armés qui sévissent dans la région que par les FARDC et aucune solution militaire ou politique n’est parvenue à y mettre fin. L’impunité des bourreaux qui au cours des années ont même été intégrés dans les rangs de l’armée nationale au nom de la paix a rendu encore plus difficile la gestion de cette catastrophe. Les victimes se retrouvant en train d’attendre la protection de ceux-là qui des mois plutôt les ont agressé.

«On a voulu construire la paix en sacrifiant la justice, aujourd’hui, on n’a ni paix ni justice»

Le docteur a mis en lumière le fait qu’avec le temps et la multiplication des agressions, on court le risque de banaliser un tel phénomène. On parle quotidiennement de victimes, on cite des chiffres tout en oubliant qu’il s’agit de la vie d’être humains qui vivent une intense souffrance. Ce que subissent ces femmes méritent l’attention de toute la communauté humaine qui ne doit surtout pas en être indifférente. Créé en 1999, l’hôpital Panzi a déjà pris en charge 30,000 victimes des violences sexuelles.

Le docteur déplore amèrement le fait que le viol est devenu une arme de guerre aussi dangereuse que les conventionnelles et dont les dégâts dépassent le simple corps de la femme mais s’étend aux générations futures. Par peur, des villages entiers se vident, les populations errent et se déplacent sans discontinuité. Les femmes violées se retrouvent souvent infectées par des maladies qu’elles transmettent à leurs proches, leurs futurs enfants. La destruction des appareils génitaux par balles, soude caustique, bâtons et autres armes de circonstances empêchent à jamais ces femmes de procréer. Sans compter le traumatisme que tout cela cause sur le reste de la famille, notamment les hommes qui se sentent coupables de ne pas pouvoir protéger leur femme et enfants. Ils ont perdu espoir et courage.

«Tout ceci mis ensemble peut réduire la démographie comme le ferait une bombe classique.»

L’hôpital Panzi de Bukavu donne des soins médicaux, psychologiques, juridiques et socio-économiques mais estime ne traiter que les conséquences de cette situation. Le manque de volonté des responsables politiques congolais et régionaux à régler les causes est selon le docteur Mukwege le principal obstacle qui empêche de trouver une solution viable pouvant amener la paix dans la région.

Parlant de sa propre agression, le docteur Mukwege s’estime miraculeux n’ayant eu la vie sauve que grâce à un membre du personnel de la maison(Joseph Bizimana) qui en faisant diversion, a attirer l’attention de l’un des agresseurs vers lui, ce qui lui a coûté la vie. Sa sécurité actuelle, il l’a doit à la presse tant nationale qu’internationale et aux organisations diverses qui ont largement diffusé l’évènement malheureux et ont pris position pour s’assurer de sa sécurité. Il demande qu’elle soit aussi assurée pour ceux qui en ont le plus besoin: la population et le personnel de l’hôpital. Il espère retourner au plus tôt à Bukavu et continuer à soigner ceux qui nécessitent sa présence soulignant qu’il n’est que de passage en Europe, le temps de soutenir sa famille fortement traumatisée par ce qui s’est passé. Il regrette que jusqu’à ce jour, ni lui ni tout autre membre de la famille n’ait été interrogé par la police pour savoir ce qui s’est passé cette nuit du 25/10, ce qui traduit une volonté manifeste de ne pas mener d’enquête sur ce drame.

«La paix et la justice ne peut triompher que lorsque les gens montrent qu’ils peuvent aimer, même aller au-delà et aimer ceux qui nous font du mal» Dr Mukwege

Liens utiles:

– la vidéo de la conférence de presse peut-être vue ici.

– Le site web de l’hôpital Panzi de Bukavu

Panzi Foundation USA

– Le discours du Dr Mukwege lors de l’assemblée générale de l’ONU le 25/09/2012

– Extrait de « BUKAVU » (Un film de Maud-Salomé Ekila)

@WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Politique, Société, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Dr Mukwege (Hôpital Panzi): L’espoir au bout de la vie

  1. Grillere Anne Marie dit :

    Comment est-il possible que de telles atrocités soient inconnues en France? Que faudrait-il faire pour rompre le silence? Que signifie Wakati Yetu? Anne Marie Grillere 73100 Aix les Bains

    • Wakati Yetu dit :

      « Wakati Yetu » est une expression en Swahili qui signifie « notre époque ou notre temps ».
      Ces atrocités ne sont pas inconnues en France, mais vraisemblablement pas aussi médiatisées que celles que l’on voit quotidiennement au JT des médias populaires. Un choix éditorial qu’ils assument.

  2. Il me semble que Claude Guibal a fait un reportage sur ce docteur-héros dont j’avais déjà entendu parler. Par contre, j’ignorais, qu’il avait été victime d’une agression et était désormais réfugié en Belgique. Comment fonctionne l’hôpital? Continue-t-il à recevoir les femmes traumatisées?

    • Wakati Yetu dit :

      Il continue à soigner les femmes torturées violées à l’hôpital Panzi au Sud-Kivu. Son refuge en Europe n’a duré que quelques semaines, le temps de se remettre de ses émotions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s