Kabila: Un an après et tout à refaire

Les présidents Kagame, Museveni et Kabila à Kampala le 21/11/2012 ©AFP

Les présidents Kagame, Museveni et Kabila à Kampala le 21/11/2012 ©AFP

On a rarement vu au cours de ces dernières années un groupe armé considéré officiellement comme une «force négative» faire preuve d’autant d’attention de la part des autorités africaines et internationales. Les rebelles du M23 ont entamé depuis ce matin avec une aisance toute assumée leur retrait de Goma pour reprendre les positions qu’ils avaient acquises avant le 20 novembre et la prise du chef-lieu du Nord-Kivu. La décision n°4 du dernier sommet de la CIRGL¹ les autorise à s’établir à au moins 20 km de Goma mais ils gardent une centaine de militaire qui contrôleront avec les FARDC et les tanzaniens de la «force internationale neutre» l’aéroport de la ville.

Si toute cette bienveillance est accordée aux rebelles, c’est que in fine, ils auront eu ce qu’ils cherchaient, forcer le gouvernement congolais à la négociation. La prise de Goma aura été l’ultime démonstration de force destinée à faire fléchir les jusqu’au boutistes de Kabila qui pensaient à tort s’appuyer sur la pression internationale et éviter cette humiliation. Pour des raisons de politique intérieure, on laisse à l’administration Kabila l’honneur de faire croire à la population que c’est une victoire diplomatique mais personne n’est dupe tant ce qui se passe crève les yeux. Le M23 ne se retire que parce que ses parrains qui constituent leur autorité morale en ont décidé ainsi. Et si le Rwanda a été tout au long de cette campagne militaire accusé de soutenir cette rébellion, on découvre maintenant et sans grande surprise l’influence décisionnelle de l’Ouganda sur le Mouvement du 23 mars(M23). La présidence rotative de la CIRGL aura été le paravent pratique et nécessaire pour conduire sans être dérangée ni inquiétée le gouvernement congolais «à se rendre».

Les pourparlers inclusifs(Opposition, société civile) vont commencer incessamment et dureront une quinzaine de jours sur un terrain neutre qui ne sera autre que Kampala. Comme en 2009, Kabila a sauvé sa tête et celle des siens, mais que va-t-il encore une fois concéder «au nom de la paix»? Un remaniement gouvernemental, une redistribution des régions militaires, l’administration du Nord ou Sud Kivu, amnistie et impunité pour les dirigeants de la rébellion?

Les élections régionales sont proches(Février 2013) et un découpage territorial est à l’étude depuis plusieurs mois au ministère de l’intérieur. Il est à prévoir que ce que la majorité au pouvoir ne donnera pas directement pendant ces négociations, elle les perdra probablement un peu plus tard par la nature des choses. Ayant déjà «laissé filer» le Bas-Congo et la Province Orientale, le mécontentement des congolais face à ce que l’on peut considérer comme de la désinvolture ou du mépris à son égard par la personnalité qu’a affiché Kabila durant cette crise va de facto se transformer en sanction contre tout ceux qui oseront se présenter en son nom. Le cas du Kasaï-occidental en est la parfaite illustration. Sur 12 candidats retenus pour l’élection du prochain gouverneur(13/12/2012), 11 se sont déclarés indépendants. Seul l’ UNADEF² de Mwando Nsimba (membre de la majorité présidentielle et Vice-président de l’assemblée nationale) participe aux prochaines élections à visage découvert.

Tout juste un an après des élections chaotiques qui lui ont donné un nouveau mandat de cinq ans à la tête du pays, Kabila semble mal embarqué et terriblement seul. Sa gestion de la «crise M23» a montré toutes les carences de son leadership. Sa majorité se déchire, pas de cohésion nationale, aucune reconnaissance internationale si ce n’est la pitié vis-à-vis des populations meurtries de l’Est, pas d’armée et au bout du compte une débâcle en forme de reddition.

Selon que l’on soit au Congo ou aux Etats-Unis, «Four more years» n’aura pas la même saveur…

¹. CIRGL: Conférence Internationale sur la Région des Grand Lacs

². UNADEF: Union Nationales des Démocrates Fédéralistes

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s