Dialogue, discussions, pourparlers ou négociations: Où, Quand, Qui, Quoi pour quoi?

Sommet de la CIRGL du 7-8 août sur la situation au Congo

Sommet de la CIRGL du 7-8 août sur la situation au Congo
©Kennedy Oryema NVN, Ouganda

Mis à jour 9/12/2012:

Finalement, c’est ce dimanche 9/12 que les pourparlers entre le gouvernement et les rebelles du M23 ont débuté. Elles sont menées du côté congolais par le Ministre des Affaires Etrangères Tshibanda Ntunga Mulongo(Signataire des accords 2009) et pour le M23 par le Secrétaire Exécutif  Rucogoza Tuyihimbaze.

[Article publié le 5/12/2012]

Le début du dialogue entre les institutions de la république et le mouvement rebelle M23 devrait commencer à partir de ce jeudi 6/12 à kampala sous le parrainage de la CIRGL. La représentation institutionnelle dont une première partie arrivée hier sera complétée aujourd’hui au plus tard.

La délégation de Kinshasa conduite par le président de l’Assemblée Nationale Minaku Ndjalandjoko sera composée d’émissaires de la présidence et du gouvernement(Défense, Affaires Etrangères, Intérieur) accompagnés par des députés des deux chambres et des membres de la société civile du Kivu (Nord et Sud). Le gouvernement précise que ni les députés, ni la société civile n’interviendront dans les discussions. Leur présence se limitera à l’observation en tant que témoins. Quant à l’opposition, elle a adressé une fin de non recevoir à une probable invitation étant donné qu’elle n’est pas partie prenante de ce qui y sera discuté.

Pour ce qui est du sujet des discussions, il ne s’agira que de l’évalution des accords signés en mars 2009 entre le gouvernement et le CNDP d’alors. Le terme «négociation» n’est pas du tout à l’ordre du jour du point de vue gouvernemental n’a cessé de le répéter le porte-parole du gouvernement Mende. Cependant, fort de son succès militaire, le M23 formé essentiellement d’ex CNDP a ajouté plusieurs revendications n’ayant rien n’à voir avec les motifs qui les ont poussé à cette dernière mutinerie. En tout, 21 griefs ont été établi dans un procés verbal et remis aux autorités gouvernementales lors du dernier sommet de Kampala. Si du côté des rebelles on prétend que rien n’a été respecté, le gouvernement rétorque en disant que la plupart ou la quasi totalité des recommandantions du 23 mars 2009 ont été réalisées. Visiblement, tout le monde ne part pas sur les mêmes bases et le dialogue risque d’être compliqué.

Prévues pour une durée d’environ quinze jours, ces pourparlers pourraient en engendrer d’autres étant donné que cette crise à mis à jour plusieurs disfonctionnements au sein des institutions du pays. Gestion de l’armée, des services de renseignements, de la diplomatie, transparence du gouvernement à l’égard du parlement sont autant de problèmes qui divisent et créent un fossé d’incompréhension dans la classe politique nationale y compris à l’intérieur de la majorité au pouvoir.

Toutefois, si politiquement ce nouveau rendez-vous de Kampala ne débouche sur rien de probant, il reste au moins à espérer que le conflit armée ne reprenne pas… «Tant que l’on reste à table».

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dialogue, discussions, pourparlers ou négociations: Où, Quand, Qui, Quoi pour quoi?

  1. Mwana Yakala dit :

    Mise à jour: Les discussions préalables seront conduites du côté congolais par le Ministre des Affaires Etrangère Tshibanda qui avait déjà conclu les accords de 2009. Prévu pour jeudi, elles sont reportées à vendredi 7/12.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s