30 Juin, et si Lumumba revenait?

Patrice Emery Lumumba, premier Premier ministre de la RDCongo, héros national.

Patrice Emery Lumumba, premier Premier ministre de la RD Congo(23/6-13/9/1960), héros national.

De nos jours, il est de bon ton de se faire passer pour les héritiers politiques et même spirituels de Patrice Lumumba. Élevé au rang de héros national, il n’est pas un homme politique qui dès que l’occasion se présente s’empresse de citer ou de porter en exemple l’illustre premier ministre du Congo.

Le gouvernement, dans un élan de sympathie inhabituelle est allé jusqu’à nommer une bourgade d’un coin perdu du Kasaï-oriental au nom de Lumumba; la ville s’appellera Lumumbaville. A l’hôtel du gouvernement, le premier ministre a dernièrement dévoilé une statue représentant le premier premier ministre du Congo tout fraîchement indépendant.

Si Lumumba est devenu au fil des ans, le héros incontesté de la nation, c’est qu’au delà de sa participation à l’histoire plus ou moins récente du pays avec beaucoup d’autres, il reste par son combat pour l’indépendance, la figure de l’unité nationale. En ces temps où le pays apparaît plus que divisé aussi bien politiquement que socialement, l’aura de Lumumba fait de l’ombre aux hommes politiques actuels. Exception notable quand dans ce pays, tous les honneurs ne sont accordés qu’à la seule personne du chef de l’Etat à qui l’on attribue toute l’intelligence et les bienfaits que le citoyen congolais aurait observé durant la dernière décennie.

Lumumba revient au devant de la scène comme on rappelle un exilé politique quand la cohésion nationale devient le seul rempart contre la montée croissante des insurrections, des extrémismes et des blocages politiques. La guerre d’un côté, la contestation de la légitimité des institutions de l’autre et entre les deux des problèmes territoriaux que la loi sur la décentralisation mise au goût du jour ont ravivé de plus belle.

Mais que dirait ce farouche combattant qu’est Lumumba s’il était physiquement présent ce 30 juin où l’on célèbre plus le discours qu’il osa tenir devant le souverain belge de l’époque que cette indépendance qui au vu de notre histoire récente ressemble à une illusion? Il voyait dans l’avenir, un Congo beau et grand ou tous les congolais reconstruiraient leur indépendance et leur souveraineté; des congolais dignes et libres.

53 ans plus tard, nous sommes à nos corps défendant plus dépendant que jamais et par conséquent encore moins libres. L’avenir radieux tant rêvé se cherche encore et il nous faut passer par des concertations nationales pour donner le change à la désunion. La liberté, la prospérité, nous les avons galvaudées, vendues au plus offrant, espérant par la sorte nous sortir du marasme dans lequel nous nous sommes vautrés.

Le cœur n’est plus à la fête, on chante pour se rappeler que l’espace d’un instant, nous avons été heureux, le souvenir d’un bonheur qui nous a échappé comme l’eau qui fuit des mains.

Cher Lumumba, il est trop tôt pour que vous reveniez tant la tâche léguée est restée inachevée; nous y travaillons encore…

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s