Géopolitique du gouvernement: les ministres, les partis, les provinces

L'hôtel du gouvernement. Boulevard du 30 juin, Kinshasa/Gombe ©Primature.cd

L’hôtel du gouvernement. Boulevard du 30 juin, Kinshasa/Gombe ©Primature.cd

Comment composer un gouvernement dans un pays aussi vaste que la R.D.C. quand il existe plus de 400 partis politiques, 26 provinces et autant d’intérêts politiques, sociaux et financiers sans créer frustrations, susceptibilités et déceptions chez ceux qui ne font pas partie des « élus ». Ce n’était déjà pas simple avec 11 provinces, ça le sera encore mois avec 26 entités.

Poids politiques, résultats électoraux, lobbys provinciaux, tribaux, hommes, femmes, zones d’influence, alliances, qualité des membres… rien n’est laissé au hasard et tous les moindres détails ont leur importance.

La résultante de ce brassage politique est évidement le nombre souvent élevé des postes ministériels et l’éparpillement ou la duplication des cabinets dont quelques uns n’ont parfois pas grande utilité. En somme, le prix à payer pour ne pas se faire trop d’ennemis dans son propre camp et même ailleurs. Il faut gérer les appétits des uns et les ambitions des autres sans heurter leurs sensibilités respectives.

Depuis la dernière législature, deux gouvernements ont succédé à celui dit des technocrates. Si celui-ci était visiblement axé sur la qualité de ses membres. (professeurs, experts, spécialistes du droit, des affaires ou des relations internationales), les deux suivants ont eu une image politique beaucoup plus marquée.

Le second issu des Concertations Nationales et dit de cohésion nationale a consacré le retour et la main mise des chefs des partis politiques de la majorité parlementaire frustrés d’avoir été privés du premier voyage. Quelques personnalités de l’Opposition gratifiés pour leur présence aux Concertations Nationales décriées par leurs pairs ont également pris le train gouvernemental.

La énième fronde au sein de son propre camp et le spectacle des démissions et ralliements plus ou mois spontanés et forcés à sans doute précipité le président Kabila à remanié une seconde fois son exécutif. Sans étiquette particulière, celui-ci sera considéré comme celui du soutien indéfectible aux idées ou projets de l’autorité morale de la majorité présidentielle. A l’aube des scrutins cruciaux de 2016, son but est essentiellement électoral. Quoi qu’il arrive, il devra faire la publicité du bilan des quinze années de l’ère « Joseph Kabila ». Les voies discordantes seront assurément très mal venues.

En détails, voici comment partis politiques, provinces, zones d’influences, hommes et femmes sont représentés au sein du dernier gouvernement:

50 ministres (1er ministre compris) dont 43 hommes et 7 femmes.

25 partis politiques associés à la société civile. PPRD(15), UFC(3), ex-MLC(3), PALU(2), AFDC(2), UCP(2), ADR(2), ULDC(1), PANADER(1), PDC(1), ex-ACO(1), UDCO(1), MSC(1), CCU(1), ECT(1), CRD(1), UDCN(1), UNAFEC(1), RCD-K/ML(1), UDPS/T(1), NAD(1), PA(1), PR(1), ex-ARC(1), Société civile(3), Sans étiquette(1).

21 provinces sur les 26 ont au moins un représentant. Nord-Kivu(5), Maniema(4), Haut-Lomami(4), Kasaï(3), Kwilu(3), Equateur(3), Sankuru(3), Sud-Kivu(3), Haut-Katanga(3), Kongo-Central(3), Kasaï-Oriental(3), Haut-Uele(2), Mongala(2), Kwango(2), Tanganyika(1), Bas-Uele(1), Tshuapa(1), Kasaï-Central(1), Nord-Ubangi(1), Maï-Ndombe(1), Kinshasa(1). Lomami, Lualaba, Sud-Ubangi, Tshopo et Ituri n’ont aucun ministre dans ce gouvernement remanié.

Avec 86% d’hommes et 14% de femmes, le PPRD se taille la part du lion avec 30% des postes. L’Est, l’Ouest et le centre ont respectivement 24, 16 et 10 sièges soit 48%, 32% et 20%. L’Opposition dite républicaine (UFC+ dissidents MLC) s’en sort assez bien avec au moins 12% de l’exécutif.

Logiquement, on s’attend à ce que la qualité soit le seul critère objectif de sélection mais en réalité les différents gouvernements sont la combinaison de plusieurs facteurs parfois très subjectifs où les régions, provinces, groupements  et intérêts politiques ou sociaux prennent souvent une place plus importante selon le programme politique envisagé. La paix sociale et politique est dans certains cas (périodes) plus utile que les résultats socio-économiques incertains. Il y a dans ces gouvernements pléthoriques pas plus du tiers des membres réellement utiles ou ayant une influence avérée sur la conduite des affaires nationales. Le reste des cabinets ministériels résulte habituellement d’un partage plus ou moins équitable entre partenaires politiques de la majorité au pouvoir.

Ci-dessous, les membres du gouvernement actuel, les partis et provinces dont ils sont issus:

Premier Ministre: Matata Ponyo Mapon (PPRD, Maniema)

Vice 1er Ministres:
– Intérieur et Sécurité: Evariste Boshab (PPRD, Kasaï)
– PT & NTIC: Thomas Luhaka (ex-MLC, Maniema)
– Emploi, Travail & Prévoyance sociale: Willy Makiashi (PALU, Kwilu)

Ministres d’Etat:
– Budget: Michel Bongongo Ikoli Ndombo (UFC, Equateur)
– Décentralisation & Affaires Coutumières: Salomon Banamuhere (PPRD, Nord-Kivu)

Ministres:
– Affaires Etrangères, Coopération Internationale: Raymond Tshibanda (ULDC, Sankuru)
– Défense Nationale & Anciens Combattants: Crispin Atama Tabe (PPRD, Haut-Uele)
– Justice, Garde des Sceaux & Droits Humains: Alexis Thambwe Mwamba (Sans étiquette, Maniema)
– Portefeuille: Louise Munga Mesozi (PPRD, Sud-Kivu)
– Relations avec le Parlement: Kin Kiey wa Mulumba (PA, Kwilu)
– Communication & Médias: Mende Omalanga (CCU, Sankuru)
– EPSP, Initiation à la Nouvelle Citoyenneté: Maker Mwangu Famba (PPRD, Kasaï)
– Plan & Révolution de la Modernité: Georges Wembi Loambo (NAD, Sankuru)
– Fonction Publique: Isumbisho Mwapu (PANADER, Sud-Kivu)
– ITPR: Fridolin Kasweshi Musoka (PPRD, Haut-Katanga)
– Finances: Henri Yav Muland (PPRD, Haut-Katanga)
– Economie Nationale: Modeste Bahati Lukwebo (AFDC, Sud-Kivu)
– Environnement & Développement durable: Robert Bopolo Bogeza (PDC, Mongala)
– Commerce: Gudianga Bayokisa (Société civile, Kongo-Central)
– Industrie: Germain Kambinga Katompa (ex-MLC, Kwilu/Elu de Kinshasa)
– Agriculture, pêche & Elevage: Emile Mota Ndongo Kang (UNAFEC, Haut-Lomami)
– Affaires Foncières: Gustave Boloko Nkeli (UCP, Equateur)
– Mines: Martin Kabwelulu Labilo (PALU, Tanganyika)
– Hydrocarbures: Emile Ngoy Mukena (PPRD, Haut-Lomami)
– Energie & Ressources Hydrauliques: Jeannot Matadi Nenga (MSC, Kwilu)
– Culture & Arts: Baudouin Banza Mukalayi Nsungu (UDCO, Haut-Lomami)
– Tourisme: Elvis Mutiri wa Bashara (ADR, Nord-Kivu)
– Santé Publique: Dr Félix Kabange Numbi (ECT, Haut-Lomami)
– Enseignement Supérieur & Universitaire: Théophile Mbemba Fundu (PPRD, Kwango)
– Enseignement Technique & Professionnel: Jean Nengbangba Tshingbanga (RCD/K-ML, Haut-Uele)
– Aménagement du territoire,Urbanisme & Habitat: Omer Egwake Yangembe (ex-MLC, Mongala)
– Transport et voies de communications: Justin Kalumba Mwana Ngongo (PR, Maniema)
– Recherche Scientifique & Technologie: Daniel Madimba Kalonji (UDPS/T, Kasaï-Oriental)
– Femme, Famille & Enfants: Lucie Kipele Aki Azwa (ex-ARC, Bas-Uele)
– PME & Classes Moyennes: Boongo Nkoyi (PPRD, Tshuapa)
– Développement Rural: Eugene Serufuli (UCP, Nord-Kivu)
– Jeunesse, Sports & Loisirs: Denis Kambayi Tshimbumbu (PPRD, Kasaï-Central)
– Affaires Sociales et actions humanitaires: Adèle Degbalase Kanda (AFDC, Nord-Ubangi)

Vice Ministres:
– Intérieur: Martine Bukasa Ntumba (ADR, Kasaï-Oriental)
– Défense Nationale: René Sibu (Société civile, Kongo-Central)
– Justice & Droits Humains: Mboso Nkodia Pwanga (CRD, Kwango)
– Budget: Ernestine Nyoka (PPRD, Kasaï)
– Coopération Internationale & intégration régionale: Franck Mwe-di-Malila (UFC, Kongo-Central)
– Congolais de l’étranger: Antoine Boyamba Okombo (PPRD, Equateur)
– Energie: Maggy Rwakabuba (UDCN, Nord-Kivu)
– Finances: Albert Mpeti Biyombo (UFC, Maï-Ndombe)
– Plan: Franklin Tshiamala Manyiku (PPRD, Kasaï-Oriental)
– Postes & Télécommunications: Enoch Sebineza Ruberangabo (Société civile, Nord-Kivu)
– Transport et voies de communication: Simplice Ilunga Monga (ex-ACO, Haut-Katanga)

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Géopolitique du gouvernement: les ministres, les partis, les provinces

  1. Ping : Géopolitique du gouvernement: les ministres, les partis, les provinces | My Ciluba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s