Un second Dialogue, est-ce utile?

kodjo

Edem Kodjo, Facilitateur du Dialogue nommé par l’Union Africaine

Ils sont nombreux du côté de l’Opposition et de la Société Civile à avoir refusé de participer au Dialogue de la Cité de l’Union Africaine (1.09 au 18.10.2016) sous prétexte que les préalables requis n’auraient pas été respectés (libération des prisonniers politiques, liberté d’expression, choix du facilitateur,…). Le Dialogue s’est donc tenu avec, du côté de l’Opposition, un seul parti ayant une dimension nationale, l’Union pour la Nation Congolaise (U.N.C). Les autres formations ou mouvements politiques n’étant connues pour la plupart que grâce à la notoriété ou la personnalité plus ou moins médiatique de leur dirigeant.

Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S), le Mouvement pour la Libération du Congo (M.L.C), la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (C.E.N.CO), les formations regroupées au sein du Rassemblement des « forces acquises au changement » pour ne citer que ceux-là considérés comme des « poids lourds » de la politique ou de la société civile ont marqué bruyamment et brillamment leur absence, rendant ce Dialogue peu inclusif aux yeux d’une large opinion qui de facto en a minimisé les résultats.

On ne saurait démentir les faits. En matière électorale, le Constitution n’a pas été respectée. Du retard dû à la non-tenue des scrutins intermédiaires (provinciales, locales, urbaines) au non-respect des échéances constitutionnelles pour la présidentielle et les législatives nationales, le processus a lentement glissé (non sans aide des institutions concernées) vers un chaos législatif entraînant dans sa suite une sévère crise politique que le dernier Dialogue a tenté de déminer en réglant la question du fichier électoral, en élaborant une ébauche du calendrier électoral, en redéfinissant les séquences des scrutins et en réaménageant le gouvernement dont la mission sera de veiller à ce que l’Accord issu de ces échanges entre adversaires politiques soit respecté.

Si ces mesures sont dans l’absolu incontournables, le doute se pose dans leur mise en pratique tant il a aussi été résolu de garder en place les institutions actuelles (causes de tout les maux) et leurs animateurs respectifs dont le Président de la République qui termine son ultime mandant le 19.12.2016. Un « crime » pour les réfractaires à cet Accord issu du Dialogue qui s’attendent à la convocation d’un « vrai dialogue » pour notamment régler ce point délicat.

Ce Dialogue n’ayant pas réussi à apaiser les tensions politiques entre ces « gros poissons » de l’Opposition et de la majorité au pouvoir, il va sans dire que d’autres discussions devront compléter ce qui a déjà été acquis avec comme notable changement, le nouveau gouvernement (issu de la majorité constituée au Dialogue) comme nouvel interlocuteur pour qui il n’est nullement question de remettre en cause le travail abattu ces dernières semaines à la Cité de l’Union Africaine.

Un second dialogue dans la lignée de celui qui a pris fin il y a quelques jours est peu concevable. Trop cher, difficile à organiser, les parties prenantes à redéfinir (locales et internationales), trouver une facilitation qui fera l’unanimité pour une finalité somme toute peu différente de la première. Sauf à revenir sur le sort du Président de la République après le 19.12.2016 et une date plus rapprochée pour les scrutins électoraux, le fond du problème reste inchangé; ce temps qui passe et qui accentue la crise politique et ses ramifications socio-économiques. Il doit y avoir une juste mesure entre la demande d’alignement aveugle sur l’Accord et l’aptitude à fournir des réponses inédites.

Des discussions supplémentaires sont évidemment plus que nécessaires pour renforcer l’Accord actuel, le rendre plus praticable, plus sûr et surtout contraignant. Des points cruciaux méritent des éclaircissements.
A ce titre, loin d’être impeccable, il devrait servir de référence en évitant de repartir à zéro.

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s