Un gouvernement de large union nationale, pour quelle crise?

Hôtel du gouvernement, Kinshasa

La Primature, Kinshasa

Sans doute, l’une des mesures les plus attendues et bien entendu la moins surprenante de toutes. Comme après les Concertations Nationales, le gouvernement devra être remanié pour y inclure ceux qui rejoignent la nouvelle majorité parlementaire. Une pratique mainte fois décriée par les politiques eux-mêmes mais qui a cette avantage de nourrir leur opportunisme, leurs ambitions et intérêts.

La particularité de cette nouvelle mouture qui se veut de large union nationale sera d’en confier la responsabilité à l’Opposition, du moins celle considérée comme telle avant et pendant le Dialogue de la
Cité de l’Union Africaine, car pour rester conforme à la Constitution (cfr Art78), le Président de la République ne peut nommer un Premier Ministre que s’il est issu de la majorité parlementaire.

Ce gouvernement va opérer durant une période critique, celle qui intervient après la limite du mandat présidentiel, source de toutes les tensions actuelles et caractérisée par une incertitude électorale depuis longtemps décriée.

Une tâche immense et périlleuse l’attend. La crise électorale intervient dans un climat socio-économique plus que morose. Les rentrées budgétaires sont faibles, les taux de change s’envolent, les prix des biens de consommations ordinaires grimpent. L’insécurité vient compléter ce tableau peu reluisant que les congolais exacerbés, las des promesses non tenues portent injustement comme leur fardeau.

La nature des animateurs de ce gouvernement est peu commune. La gestion est partagée entre ceux qui ont conduit le pays dans cet état de crise et ceux qui durant les dernières années se sont montrés des plus critiques à l’égard des orientations prises par les précédents responsables.
En somme, le rédempteur s’allie au bourreau pour sceller le sort de la victime. Une cohabitation contrainte et forcée par un consensus, certainement peu propice à la transparence des actes à poser et qui forcément conduira à de nouvelles crises de palais, à la confusion des rôles. Dans quel état est cet exécutif que le nouveau Premier Ministre va hériter? La répartition des postes régaliens (finances, défense, relations extérieures, affaires intérieures et justice) donnera une indication sur la direction et les rapports de force de ce gouvernement.

Qu’il soit intérimaire ou de transition, il n’est est pas moins spécial. Sa mission est non seulement confuse mais toute aussi risquée. Elle intervient dans un climat extrêmement tendu par et entre acteurs politiques ayant entraîné une fracture sociale aux conséquences encore plus explosives. Politiquement au bord du gouffre, le pays est à la fois une poudrière et un plateau d’œufs dont on essaie de se débarrasser sans trop savoir par où commencer le ménage. Relever le défi électoral est une chose, celui de l’économie en est une autre. En finir avec l’insécurité rajoute la difficulté de l’exercice pour une période aussi courte qu’incertaine.

Il faut sans doute du courage, de l’abnégation, de l’opportunisme et beaucoup de témérité pour prétendre mettre un terme aux problèmes majeures du pays dans ce contexte et la liste de bonnes intentions élaborée au Dialogue, aussi longue soit-elle, reste insuffisante pour remettre un train à la dérive sur les rails. Ce gouvernement est attendu sur les élections, le social, la sécurité, mais aussi sur les droits et libertés, la justice et l’équité… Les critiques envers ce gouvernement seront encore plus sévères vu sa mission prétendument salutaire, que l’on en attende rien ou beaucoup.

Ceci étant, au delà de cette situation préoccupante, c’est la classe politique qui est à changer, la manière de faire de la politique qui est à améliorer, la façon de conduire les affaires politiques qui est à remettre en question. Ce gouvernement veut régler la crise, les crises, mais avec quelle marge de manœuvre, quelles ressources, quels hommes? Pressés par les échéances électorales, en aura-il le temps?

©WakatiYetu

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s